Alimentation

 

      1) Régime alimentaire.

 

      Le régime alimentaire de la mante est simple: tout ce qui passe à portée de ses griffes! Elle ne refusera jamais une proie, qu'elle soit minuscule ou bien 2 fois plus grande qu’elle, qu'elle soit aussi prédatrice, peut lui importe.

      Ainsi, on l’observe se nourrire régulièrement de criquets, mouches, vers quelconques, papillons… et même manger des insectes plus gros tels que les Ephippigère, voir des prédateurs tels que des Sauterelles et des Araignées.

      Notre prédateur ne recule devant rien!

 

      2) Particularités de l'alimentation.

      Tout d'abord, il faut savoir que notre Mantidae ne se nourrit que d'insectes vivants et jamais de cadavre. La mante a des goûts de luxe !…

      Lors de capture puis élevage de la mante religieuse, en observant de nombreux repas, on s'aperçoit que l'insecte attaque toujours ses victimes en partant de la tête. Ainsi la mante va faire sauter le dessus de la tête et va attaquer la chair se trouvant à l'intérieur pour finir son festin par les pattes postérieures.

      La mante gaspille rarement la nourriture et ne laissera de sa victime que très peu de déchets (quelques morceaux de pattes ou d'ailes).

      Elle possède aussi un instinct qui la fera manger continuellement. Je m'explique : dans la nature les proies sont rares ou étalées dans le temps, or, en élevage des proies peuvent être présentées régulièrement voir à intervalles très rapprochés. On s'aperçoit que même si la mante vient juste de se nourrir, elle va tout de même accepter la nouvelle proie qu'on lui propose. Est-ce un instinct de survie? De plus il arrive que les individus meurent "d'indigestion" en élevage. Pourquoi ne s'arrête t-elle donc pas de manger? Nous pouvons penser que notre insecte se nourrit plus qu'il n'en faut pour se préparer à un avenir moins propice.

      Mais d'ailleurs comment chasse t-elle?

 

      3) La chasse.

      Moment si fascinant et tellement effrayant à la fois.

      La mante grand prédateur, comme le tigre chez les mammifères ou le  vélociraptor du temps des dinosaures, possèdent des techniques de chasses impressionnantes. Tout d'abord on voit la tête triangulaire de la mante tournoyer à la recherche de la proie, puis s’immobilise dés que  celle-ci entre dans son champ de vision.. Elle va ensuite attendre que la proie vienne d'elle-même à sa portée pour la prendre à son piège Mais si celle-ci tarde à s’avancer, elle va effectuer une avancée prudente et discrète vers sa victime, à la manière d’une danse au ralenti où chaque pas est réfléchi et mesuré.

      Pour la suite je préfère vous citer un petit passage de Souvenirs Entomologiques du grand Jean-Henri FABRE:

"Au repos, le traquenard est plié et redressé contre la poitrine, inoffensif en apparence. Voilà l'insecte qui prie. Mais qu'une proie vienne à passer, et la posture d'oraison brusquement cesse. Soudain déployées, les trois longues pièces de la machine portent au loin le grappin terminal, qui harponne, revient en arrière et amène la capture entre les deux scies. L'étau se referme par un mouvement pareil à celui du bras vers l'avant bras; et c'est fini: criquet, sauterelle et autres plus puissants, une fois saisis dans l'engrenage à quatre rangées de pointes, sont perdus sans ressource. Ni leurs trémoussements désespérés ni leurs ruades ne feront lâcher le terrible engin."

      Voici donc une description rapide mais oh combien saisissante du déroulement de la chasse de l'insecte. Cette redoutable efficacité est due à des adaptations morphologiques de la mante. Comment sont t'elles organisées?

 

      4) Adaptations morphologiques pour la chasse.

      Un prédateur n'est pas un vrai prédateur sans armes. Le Tyrannosaure possédait des dents démesurément grandes, le léopard a des griffes acérées et une vitesse de course époustouflante, le faucon crécerelle est doté d’une vue perçante, de griffes acérées et d’un bec crochus; quant à notre mante, elle est pourvue aussi d’ adaptations morphologiques toutes aussi impressionnantes.

      C'est ainsi que la mante possède une tête triangulaire posée sur un thorax élancé lui permettant une rotation très grande et donc un champ de vision atteignant presque les 360°.

     De plus notre chasseresse possède deux pattes ravisseuses caractéristiques et impressionnantes que l'on ne peut pas ne pas voir. Cette paire de pattes est l'arme absolue. Une fois dépliée de toute leur longueur, elles permettent à la mante d'attraper des proies qui se croyaient hors de portée. Une fois resserrées, les pics acérés présents sur la patte emprisonne la proie en les lui plantant dans le corps.

     Pour revoir le schéma des pattes ravisseuses je vous renvois à la partie I) 3) a).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site