Reproduction

 

 

      1) Période de reproduction.

      La période de reproduction chez la mante ne se déroule que très tard dans l'année. On commence à voir les premiers adultes aux mois de juin/juillet et ainsi à partir de ce moment là, la reproduction peut s'établir.

      Les insectes deviennent adultes après la dernière mue c'est à dire la mue imaginale. Souvent à ce stade, les jeunes adultes doivent attendre 2 à 3 semaines après leur mue imaginale pour effectuer un accouplement.

      En conclusion les accouplements sont donc observables de juin à septembre/octobre.

 

      2) Présentation des organes reproducteurs.

      Un schéma très complet pour comparer les organes mâles des organes femelles.

A venir

      3) Déroulement de l'accouplement.

      Lors de l'accouplement, le mâle s'avance prudemment vers la femelle. Pourquoi prudemment? Parce que ce qui fait la triste gloire de la mante religieuse, ceux sont bien ses mœurs tout à fait étonnant mais nous verrons cela dans la partie suivante… Donc revenons à notre mâle ….

      Il s'avance donc vers la femelle. Ce dernier est souvent bien plus petit qu'elle et fait le tour de celle-ci  pour lui monter sur l'abdomen. Une fois positionné, il va s'agripper à elle et son abdomen va former une sorte de S autour de l'abdomen de sa dulcinée. Ainsi les deux extrémités des abdomens vont se rejoindre et l'accouplement aura lieu. Ce dernier peut durer de 5 à 6h dans une immobilité totale.

 

      4) Particularité principale des Mantoptera.

      Revenons donc à cette avancée prudente de notre mâle lors de l'accouplement.

     Pourquoi prudente vous dites-vous? Car et je suis sûr que vous le saviez, les mantes religieuses sont cannibales! Et oui les plus forts mangent les plus faibles. Ainsi cela nous en dit plus sur les mœurs de l'insecte qui est également solitaire.

      Cet accouplement périlleux qui l'attend, expliquons-en les principaux dangers :

     Tout d'abord, il y a déjà un premier danger pour lui, c’est qu’il ne faut surtout pas qu'il se jette dans les pattes de sa dulcinée car  sa fin serait alors inévitable. Il avance donc doucement en attendant des gestes de la femelle lui indiquant qu'il peut s’approcher. Imaginez-vous devant une personne totalement immobile qui vous suit du regard, et cette personne peut devenir soit celle qui vous désire, soit un piège mortel. Voilà pourquoi notre mâle avance donc si prudemment. Arrivé indemne au contact de la femelle, il lui grimpe sur le dos et ainsi l'accouplement peut commencer. Le mâle n'est pas pour autant sorti d'affaire car si durant l'accouplement son oscillation effectuée de droite à gauche devient trop ample, il risque de rentrer dans le champ de vision de la femelle qui sans aucune hésitation l'attaquera. Ainsi parfois nous pouvons observer des couples en pleine copulation avec la femelle qui se délecte du mâle (toujours en commençant par la tête) pendant que ce dernier continu de se reproduire. En effet, le mâle possède des ganglions cérébraux dans le dernier segment de l'abdomen lui permettant de poursuivre jusqu’au bout son acte sexuel. Mais il peut tout de même de temps en temps éviter tous ses pièges et survivre à la reproduction. Cependant, il arrive très souvent que lors de son départ, la femelle se jette sur lui et s'en sert de repas.

      En conclusion, il est très rare que le mâle sorte vivant de cette périlleuse aventure. En captivité, cela est différent car on s'est aperçu qu'en gavant la femelle avant l’acte, cette dernière aurait moins tendance à consommer son partenaire. De toute façon le mot mâle ne commence t-il pas comme malheureux?

 

 

 7

     5) Gestation et ponte.

      Suite à l'accouplement de juillet/août, la femelle va pondre ses œufs aux alentours d'octobre/novembre. Elle va les déposer dans une oothèque. C'est une sorte de mousse qu'elle va déposer au pied d'un arbre, sur un caillou ou le long d'une tige. A l'intérieur de cette mousse sont disposés les œufs séparés par des lamelles. Ensuite la mousse va durcir en s'oxydant et va sécher. Ainsi l'oothèque est crée et va donc protéger les œufs jusqu'à leur éclosion.

 

      Nous nous sommes aperçu qu'en élevage la mante pond deux oothèques à 10 ou 15 jours d'intervalles. Il en est surement de même dans la nature.

 

 8

     6) L'éclosion.

      Les larves vont éclore au printemps et ainsi des centaines de jeunes vont sortir de leur capsule. Les larves sont minuscules mais ressemble à leurs parents. Elles deviennent immédiatement des proies faciles pour les araignées, lézard et même les oiseaux. Très rapidement les jeunes découvre leurs instincts de chasseur et partent en chasse.

 

 


 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site