Comportements atypiques et quelques particularités

      1) Les Mantes cousines des Blattes?

      Et oui! Comme très peu de gens le savent, les Mantoptères et les Blatoptères se sont alliés dans un même et unique ordre, nommé les Dictyoptères. Cela fait un peu gang de rue mais ceci est bien vrai, car les scientifiques qui au départ avaient séparé les deux familles, se sont vite aperçus des nombreuses concordances entre les deux familles.

      Premièrement les deux familles possèdent toutes deux une tête triangulaire. Ensuite, et plus surprenant, elles produisent l’une comme l’autre des oothèques pour protéger les œufs. Et pour finir, lorsqu'on observe les pattes antérieures (P1) chez ces deux groupes, on note une très grande ressemblance (voir schéma ci-dessous).

 

 9

 

Schéma d'une patte P1 de Mantes et d'une patte P1 d'une blatte.

      Toutes ces concordances ont légitimement permi aux scientifiques de réunir ces deux ordres en un même est unique.

 

      2) La position de défense.

      La position de défense (ou d'intimidation) de la mante est souvent qualifiée de "spectrale" car utilisée pour faire fuir les adversaires ou simplement les impressionner.

      Elle va donc faire pivoter son thorax et sa tête d'environ 90° pour garder son abdomen de profil, et ainsi, lorsqu'elle déploie ses ailes et tegmens, cela la rendra beaucoup plus imposante, et donc impressionnante. Ensuite, elle va placer ses pattes ravisseuses dans une position caractéristique. En fait, ses deux pattes sont marquées d'un point blanc assez gros entouré d'un liseré noir, qui rappelle en fin de compte une paire d'œil qu'elle va dévoiler à son adversaire en écartant ses pattes. De plus elle^produit un bruit semblable à un bruit de frottement de polistyrène. 

 

      3) La question de la couleur.

       Le phénomène de coloration des mantes s’explique dans les mécanismes de pigmentation  de celles-ci.

      Sous la cuticule, il y a une couche cellulaire qui contient les pigments qui donnent leur couleur aux mantes. Ainsi il y a plusieurs pigments dont le vert et le brun.

      A l'éclosion de l'oothèque, la mante est jaune paille. Au second stade elle prend une teinte verte. Au fur et a mesure des mues, certaines garderont leur couleur verte et  d'autres verront  une couche cellulaire disparaître et en premier la couche verte; la mante devient alors brune ou jaune paille.

      Il peut se produire la même chose avec les différentes couches cellulaires autant de fois qu'il y a de couche de pigmentation. Nous ne connaissons pas ce nombre. Mais ces suppressions peuvent conduire à une mante très claire.

       Le changement de couleur se produit ( mais n'est pas directement régulé par elle) lorsque la mante est dans un milieu très secs, avec une exposition aux UV relativement intense. Dans la nature, un phénomène vient aussi se greffer, la prédation des individus qui ne sont pas homochromatiques avec le milieu. Si bien qu'en général, on a des individus bruns dans les herbes sèches et des individus verts dans les milieux moins arides. Mais c'est bien le résultat couplé des deux phénomènes.

  

Morphe marron Morphe vert

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×